Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 janvier 2008 7 27 /01 /janvier /2008 16:45
image470.gif"L'homme est un apprenti la douleur est son maître et nul ne se connaît tant qu'il n'a pas souffert" Alfred de Musset

Les citations nous les aimons, nous les utilisons, mais les mettons nous en application ou les vivons nous vraiment ? rarement je crois , mais je peux vous dire que celle-ci je la vis depuis vingt années mot pour mot.

Je poursuis.

Aucun mouvement n'était possible. Ni l'inclinaison d'avant en arrière de la tête ni la rotation.
Je retrouverai l'amplitude de ces mouvements au bout de deux ans .
De grandes mèches de cheveux pleines de sang pendaient le long de ce qui ne portait plus le nom de visage.
A peine les touchais-je qu'elles tombaient, mortes dans ma main, tout comme une partie de moi-même.
Mon crâne était traversé par de très grosses agrafes mal disposées.
J'étais découpée en deux !!!
Il m'avait découpée comme une pomme et recollée, ou recousue ou raccomodée, il n'y a pas de terme. 
Si, j'étais rapetassée.
Mes yeux ne parlaient plus.
Je ne pouvais plus rien lire sur ce visage, ni étonnement, ni effroi, aucun muscle ne répondait.
J'étais de marbre.
Les jours qui suivirent me tranformèrent en monstre interplanétaire.
Le visage se mit à enfler jusqu'à plus que doubler.
La bouche était étirée presque jusqu'aux oreilles, démésurée, figée dans un sourire menaçant incontrolable.
Je passais par toutes les couleurs. Verte je fus, puis bleue, puis jaune....
"Ce sont de superbes oedèmes" dit le chirurgien que j'avais envie d'empaller. Et j'aurais aimé lui faire ravaler l'adjectif "superbe" qui tombait vraiment fort à propos, de l'humour je n'en avais plus.
"Il n'y paraîtra plus dans trois semaines, dormez assise et dans six mois votre visage sera définitif".
Définitif, irrémédiable cela l'était hélàs.
Avez-vous déjà essayé de dormir assis (se) ?
Je tiens à repréciser que j'avais choisi le meilleur chirurgien parisien, de réputation mondiale. Sa méthode était infaillible, copiée, son nom célèbre, ses disciples nombreux.
Il était âgé et prit sa retraite six mois après l'intervention au moment où j'aurais eu besoin de lui, il disparut.
Je le hais.

                                                                                                             signature5-copie-4.gif




Repost 0
26 janvier 2008 6 26 /01 /janvier /2008 16:50



image468.gif"La vie ne se compte pas en respirations mais en moments qui t'ont coupé le souffle"  Frère Benoît


J'aime cette citation et l'applique du mieux que je puis dans ma vie, sauf que dans ce qui va suivre, effectivement j'en eu le souffle coupé.

Les ciseaux découpaient les bandes sans délicatesse particulière.
Bien qu'affaiblie par une anesthésie de huit heures, je fis quelques pas vers cet objet si banal et si quotidien : le miroir.
Pour la première fois de ma vie, au lieu de me renvoyer l'image de la jolie femme, qui paraît-il, j'étais à l'époque, il allait me transpercer le coeur, le corps et l'âme en me renvoyant celle d'un "batracien".
Un visage de couleur verte était en face de moi .
Un visage tuméfié, lacéré par d'énormes fils partant de derrière la tête, passant devant les oreilles et remontant jusqu'aux tempes, avec deux yeux rouges démesurés, gonflés et désespérés.
Je rêvais, ou plutôt je cauchemardais, ce n'était pas moi cette espèce d'ET qui ne me faisait pas rire du tout et ne m'inspirait aucune tendresse.
L'infirmière toujours aussi peu délicate me lava les cheveux en pestant contre l'équipe de chirurgie qui s'était amusée à me faire de petites tresses africaines dans mes longs cheveux.
Cela avait dû les distraire le temps de mon sommeil et cette idée m'exacerba.
Pendant qu'elle s'acharnait sur leur "distraction", moi, la tête en arrière, je ne comprenais toujours pas comment mon visage avait pu changer de matière.
Il n'était plus fait de chair et de muscles souples.
Ce n'était plus qu'une masse lourde et compacte, énorme étau d'acier refermant ses griffes sur ma peau, enserrant mes vaisseaux dans une compression infernale.
J'étais broyée.


Suite
undefined

                                                                                                                                                        

Repost 0
25 janvier 2008 5 25 /01 /janvier /2008 16:00
Je tiens à préciser avant de poursuivre que j'écris ces pages, car je trouve que trop souvent l'apologie de la chirurgie esthétique est faite mais que rarement j'ai entendu ou vu quelqu'un (e) venir témoigner à la télévision en disant : " L'intervention est ratée" ou " je souffre " ou " je suis malheureux (se) ". 
Ceci étant dit je poursuis mon récit.

image53.gif L'aiguille à peine enfoncée dans le bras, je n'avais même pas eu le temps de voir le chirurgien, et je fus emportée dans un autre monde.
Je ne savais pas encore qu'au moment du réveil ,
ce monde serait celui de la douleur et ce pour toujours...
Je venais de quitter une vie, la mienne à jamais.
Je ne serai plus jamais celle qui venait de rentrer en clinique, confiante pour effacer les traces du temps, pour refaire un visage que je trouvais fatigué par une vie trop active, marquée par la rage de vivre intensément, appelée "passion".
Excessive en tout, j'avais donc choisi le lifting total du visage, du cou, des yeux et du front...qui à l'époque allait jusqu'aux muscles.
Rien n'était épargné.
Cette décision je l'avais prise sans trop de réflexion je l'avoue pensant à une simple formalité d'autant que je m'en remettais à un "ténor aux doigts d'or".
Egale à moi même je fonçais tête baissée sans prendre le temps de sentir et de ressentir.
L'opération dura longtemps paraît-il au dire de ma mère qui m'avait accompagnée dans cette démarche et qui s'inquiétait un peu.

J'ouvris les yeux, du moins essayai-je.
Le chirurgien passa en coup de vent et prononça ces paroles à jamais gravées dans ma mémoire : "résultat parfait".
Ces mots me convenaient à ravir étant moi même une perfectionniste invétérée à l'époque.
J'apprendrai plus tard que le perfectionnisme n'est que perte d'énergie bien souvent.
Incapable d'émettre un son, je commençais à prendre conscience que ma tête était entièrement bandée et que je ressentais une sensation abominable qui malheureusement ne me quittera plus jamais.
Mes yeux étaient devenus de pierre, mes paupières inférieures deux barres d'acier, et tout le reste du visage du béton.
J'étais solidifiée, statufiée, emmurée.
Je restais ainsi plusieurs jours attendant le moment de la libération persuadée que sous mes bandes apparaîtrait la jeunesse !!!! et que je serai soulagée de la souffrance physqiue que je ressentais.
Le grand jour arriva.

Suite


undefined




 

Repost 0
25 janvier 2008 5 25 /01 /janvier /2008 10:36

Je vous avouerai que j'hésite quelque peu à publier les photos prises après l'intervention, car je ne voudrai pas trop effrayer ceux et celles qui veulent s'en remettre au bistouri magique.
Je tenais à spécifier aussi que beaucoup pense qu'on subit une chirugie plastique et que par miracle on n'a pas mal, on rentre chez soi sans oedèmes, sans hématomes, toute belle ou beau du jour au lendemain...non, non et non !!!
C'est un acte chirurgical.

 

Suite

Repost 0
24 janvier 2008 4 24 /01 /janvier /2008 14:15

image469.gif Je vous avouerai que j'ai mis des mois avant de rejoindre le clan des blogueurs, c'est une amie très chère qui m'a quasiment harcelée pour que je vienne vous conter et partager avec vous ce que la vie a pu elle même m'enseigner et j'hésitais parce que tout simplement je pensais que ce que j'avais à dire n'intéresserait personne, vous seuls pourrez me le dire.

Mon visage a une histoire qui, je crois, peut en vous la narrant, aider ou du moins apporter à celles ou à ceux qui se posent encore des questions sur la chirurgie esthétique, quelques réponses.

C'est une longue histoire que je ne peux pas vous dévoiler en un jour mais que j'espère vous suivrez avec intérêt chaque fois que je pourrai vous en révéler une page.

Par undefined

Il y a exactement 20 ans presque jour pour jour, je pris la folle décision de faire un lifting, je dis bien folle car malheureusement aujourd'hui encore j'en garde les traces
Décision irréfléchie, prise à la hâte, et surtout à mon insu...et oui je dis bien à mon insu, car je sus des mois plus tard seulement que j'étais en dépression sans même le savoir moi même et que mon inconscient me dictait cet acte que je pourrai d'ailleurs m'expliquer après de nombreuses années de travail sur moi.
Je résidais en Afrique 009.gifà l'époque et j'allais consulter une femme chirurgien esthétique qui me recommanda le "professeur T" de renommée mondiale avec lequel il ne pouvait y avoir qu'un résultat merveilleux.
Je précise que j'avais donc à l'époque 39 ans et que de ce fait je n'avais nullement besoin de me faire refaire quoi que ce soit mais ce qui se passait dans ma tête à ce moment là m'était bien trop étranger pour pouvoir être clairvoyante. 
Je pris l'avion pour Paris et consulter le "dieu du bistouri".
La consultation fut plus que rapide, il m'ausculta en "maître" , pas de psychanalyste à l'époque, pas de question sur mes raisons profondes ni mon état bref la date de l'opération fut fixée rapidement...

Le scialytique disparut...


Suite

Repost 0

Une Part De Moi

  • : Motspourmaux
  • Motspourmaux
  • : L'histoire d'un parcours de vie changé par des douleurs morales et physiques dues à la chirurgie esthétique. Alors depuis : "La vie ne se compte pas en respirations mais en moments qui t'ont coupé le souffle"
  • Contact

Profil

  • Lmvie
  • Fonctionne avec mon coeur et mon ressenti.
Savourer un livre, déguster un met, un vin, un moment avec un (e) ami (e). 
Vous autres m'intéressez particulièrement sans oublier Paris, les voyages et la psychanalyse
  • Fonctionne avec mon coeur et mon ressenti. Savourer un livre, déguster un met, un vin, un moment avec un (e) ami (e). Vous autres m'intéressez particulièrement sans oublier Paris, les voyages et la psychanalyse

Ceci est une histoire

 

 


Attention ce ne sont pas des articles indépendants les uns des autres, quand vous ouvrirez mon blog vous serez sur le début de mon histoire c'est pourquoi ma présentation commence ainsi et non par ma dernière parution.
En conséquence de quoi, mes articles les plus récents ne sont apparents qu'en dernière page. Dans un module à droite vous trouverez les derniers épisodes et pour revenir il vous suffit de cliquer sur ma bannière. 

Bonne lecture et merci à vous tous qui papillonnez en ce site. 

Ma musique

free music

Je protège