Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 décembre 2013 7 08 /12 /décembre /2013 14:43

44zzbvq6.jpg  « Un enfant ce monstre que les adultes fabriquent avec leurs regrets.  » Jean Paul Sartre.

 


La confiance avant c'est : ici

 

 

Quelque soit l'âge ou le degré d'évolution toute thérapie passe par la confrontation avec les parents.

 

Vous avez rencontré la haine enfant provoquée par un refus de gratification ?

 

Vous avez ressenti de la terreur à cause d'un manque de sécurité ?

 

De la tristesse à la crainte d'être "abandonné" ou rejeté ?

 

Etc etc...

 

Tout ceci c'était pendant l'enfance et c'est à partir de ces ressentis que vous prendrez (ou pas) votre autonomie d'adulte.

Que vous couperez ou pas ce fameux cordon.

Personnellement je crois, et ceci n'engage que moi, que personne n'arrive à le couper complètement.

 

Il faut arriver à prendre conscience que cette terreur, cette tristesse ou autre sentiment ne correspondent plus à la réalité du présent.

 

Oui mais il ya "trace"et cela vous ne pouvez pas l'empêcher.

 

Chacun d'entre nous est porteur de plaies ouvertes qui conditionnent ses rapports à lui même et avec le monde extérieur.

 

Les : "Je ne suis pas aimée", "Je suis coupable de tout" risquent de vous accompagner dans votre vie à votre insu.

 

Le but du jeu, si je puis dire, va être de ne pas REPRODUIRE.

Mais faut-il encore le voir qu'on reproduit un schéma encore et encore !


Et puis reproduire c'est rassurant..n'est-ce pas ?

 

signature5-copie-4.gif

 

 

 

 


Repost 0
Published by Lmvie - dans Psychothérapie
commenter cet article
8 décembre 2012 6 08 /12 /décembre /2012 10:00

ge1tlcup.gif  "  Aie Confiance en toi même et tu sauras vivre " Goethe.

 

Lire avant ceci.

 

Beaucoup d'opinions, de jugements, sont en réalité des projections mais on ne s'en rend pas compte hélas.

 

Quand une personne ne peut pas faire confiance à une autre, il serait intéressant d'explorer les raisons de son manque de confiance.


Si le travail se fait la personne va s'apercevoir très vite que les raisons sont les mêmes qui l'empêchent d'avoir confiance en elle.

 

Ainsi deux sentiments majeurs émergent fréquemment : la culpabilité et la honte.


Ensuite à chacun la possibilité de mettre au grand jour un secret souvent bien gardé, ou d'une émotion très puissante.

 

C'est pourquoi il s'avère aussi que dans la vie souvent on adopte des attitudes "inverses" de nos impulsions cachées et de ce que nous sommes réèllement.

 

Vivre ainsi ou vouloir "savoir" un peu ?

 

signature7-copie-1.gif

Repost 0
Published by Lmvie - dans Psychothérapie
commenter cet article
25 novembre 2012 7 25 /11 /novembre /2012 09:04

butterfly-blue-128x128-copie-1.png   " La personnalité des grands hommes est faite de leurs incompréhensions". André Gide

 

 

 

 Article précédent

 

La prise de conscience de ces deux aspects contradictoires de la personnalité rend la personne plus apte à percevoir laquelle des deux domine dans une situation donnée.

 


 

Le grand chef est à peu près l'équivallent du surmoi de la psychanalyse:

Il moralise, il abonde en conseils : Vous devriez faire ceci, être cela...généralement sévère et critique.

Le sous fifre résiste passivement, s'excuse et trouve des bonnes raisons pour remettre au lendemain.

 

La prise de conscience de ces deux aspects contradictoires de la personnalité rend la personne plus apte à percevoir laquelle des deux domine dans une situtation donnée.

Cette prise de conscience évite la projection et l'introjection

 

Et avec une deuxième personne, en couple par exemple, essayer de ne pas prendre ce que dit l'autre pour soi : pas si simple !


Cela en fait du monde

 

signature5-copie-1.gif

 

Suite ici.

 

 

 

 


Repost 0
Published by Lmvie - dans Psychothérapie
commenter cet article
15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 14:23

 

  6rtosnk4.gif     " Rappelez-vous : corps-esprit, esprit -corps, tout est lié ". Olivier Lockert

 

 

 Article précédent

 

 

Les attitudes du corps sont un langage au même titre que la parole.

 

Soyez attentifs à ce langage là et vous décrypterez  "autre chose".

 

Je m'explique :

 

Une personne "dit" désirer entrer en "contact" avec une autre alors qu'il n'en est rien.

On assiste en y prêtant attention à une distorsion entre l'attitude, la mimique, le ton de la voix et le sens des mots prononcés qui amène à une rupture de la communication.

 

Quand un interlocuteur dont le regard erre dans l'espace et dont le buste est rejeté en arrière signale, en dépit de sa volonté consciente, un refus d'entendre l'autre.

 

Et ceux dont la jambe s'agite sans cesse ?

Si seulement ils faisaient "l'effort" de "s'arrêter" sur ce geste et d'en prendre conscience ne serait-ce qu'une petite seconde et d'essayer de comprendre ce qu'ils ont mis "dans cette jambe".

 

Etre en contact, là se trouve la clef.

Enfin une petite clef...mais elle n'est pas si simple à trouver.

 

Mais bien sûr il est beaucoup plus facile de ne pas chercher la clef d'origine et de se servir d'un double non ?


 

 

signature5-copie-1.gif

Repost 0
Published by Lmvie - dans Psychothérapie
commenter cet article
29 septembre 2012 6 29 /09 /septembre /2012 09:46

 

 

  dnzk90ts.gif

 

                                                   " Il n'y a q'un seul instant où vous êtes en vie, cette minute ici et maintenant". Storm Jameson

 

Article précédent 

 

 

 

Ici et maintenant :

Expression fréquente, très à la mode également mais est-elle vraiment "écoutée" ?

 

En fait quand je sens, je ressens, je perçois dans l'immédiateté, c'est tout mon être qui participe (mon esprit et mon corps).

 

Ainsi on peut aussi dans ce "maintenant" se rendre compte que certaines zones du corps sont "mortes".

En prêtant une attention particulière on peut se rendre compte aussi que nous pouvons être préocupés par des peurs et des constructions imaginaires qui se situent dans le futur et non dans le présent.

Et nous ressentons physiquement ces inquiétudes alors qu'elles n'ont rien à faire là tout de suite puisque "normalement" je devrais être dans le présent.


On peut se laisser envahir par une pulsion nostalgique du souvenir, des souvenirs, être ainsi dans le passé et voir notre corps réagir également (frissons, larmes, gorge serrée...)

 

De ce fait le présent est "occulté" si je puis m'exprimer ainsi.

D'où l'intérêt du "comment" à la place du "pourquoi" (mais ceci je l'ai déjà expliqué).

 

Retirer si possible de son vocabulaire les : Je trouve que, je crois que, il me semble que...

Ces locutions n'ont qu'un but : donner du "flou" à son propos et éviter le présent.

 

Exemple : "Je ne sais pas où je suis".

Remplaçons par : "Je suis perdu".

 

Sentez-vous la différence ?

 

Souvent les "Je ne peux pas" sont en vérité des: "Je ne veux pas".

 

Il s'agit tout simplement de prendre la "responsabilité" de ce que l'on est.

 

signature5-copie-1.gif

 

.

Repost 0
Published by Lmvie - dans Psychothérapie
commenter cet article
10 juin 2012 7 10 /06 /juin /2012 08:01

a-copie-1.gif "  Génie : Inutile de l'admirer c'est une névrose ! "   Gustave Flaubert.

 

Vous avez manqué:

 

 

 

Et bien j'ai plusieurs couches, cinq même !!!

 

1) La couche des clichés :

 

Relations socialisées, superficielles et sans intérêt.

 

"Bonjour, comment allez-vous ?"

"Très bien".

 

Dénuées de vie.

 

2) La couche des rôles et des jeux :


Nous jouons l'idiot, la bonne maîtresse de maison, le patron...

Ce sont nos personnages sociaux et la manière dont nous les mettons en scène.

 

Quelque peu figés avec un minimum de vie réelle.

 

3) L'impasse ou couche névrotique :

 

Impasse veut bien dire ce que cela veut dire.

Le chemin est bouché.

Coincés, bloqués, glacés de peur, de confusion.

Conscients de nos contradictions.

Nous ne savons pas comment nous y prendre pour en sortir.

 

Nous ne savons pas inventer une autre façon d'être.

 

4) La couche implosive :

 

La terreur de l'impasse est vécue dans sa totalité.

Les défenses ont été abandonnées et sommes en contact avec le mortifère.

Les forces vitales, les besoins, les émotions émergent dans leur pleine puissance alors que nous avions bien tout enfoui.

Nous sommes contractés, et nous nous retirons en nous mêmes.

 

Sensation de "mort".

 

5) La couche explosive :

 

L'énergie contenue commence à bouger.

Nous entrons en contact avec nous même.

Nous sommes de plain-pied dans la vie.

Nous explosons avec le ressentiment, la colère, l'orgasme, la joie, l'extase.

 

Enfin nous sentons, nous réagissons, nous sommes responsables, nous répondons à l'amour, au travail, au jeu.

Sans se masquer derrière un personnage, sans nos interdits désuets.

 

Libre de rire, de pleurer, de réussir ou de rater.


 

Personne n'existe EN PERMANENCE dans l'une de ces couches, nous nous y déplaçons en régressant, en progressant.

 

Beaucoup n'atteigenent pas la cinquième couche, d'autres ne dépassent pas les rôles.

Chacun se développe à son  rythme.


Parfois au prix de beaucoup de patience et parfois de souffrance, le jaillissement de la vie en soi surgit.

L'extase qu'apporte la prise de conscience du flot de la vie et de notre participation à ce flux n'est pas durable certes, mais quand le réel s'obscurcit de nouveau ce ne sera pas aussi désespérant.

 

Les descentes dans l'implosion et l'impasse sont nécessaires pour se consolider chaque fois davantage et se reconstituer et sentir la vie circuler en soi.

 

 

signature5-copie-4.gif




 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Lmvie - dans Psychothérapie
commenter cet article
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 09:37

7m1x9821.gif " ça donne des ailes une bonne petite névrose ". Fabrice Luchini

 


  Article précédent

 

Ah je suis rassurée !

Je suis complètement fan de Luchini, oui fan de cet homme qui a su...oui qui a su.


Bien sûr que je le suis !!!!!!!!!

 

Le mot névrose me fait également penser à Wody Allen qui disait au sujet d'une union: "L'important c'est que nos deux névroses soient compatibles".

 

Car c'est bien de cela ce dont il s'agit : "faire avec".

 

Ce mot a été galvaudé malheureusement car "tout le monde" en parle et peu savent ce que c'est exactement.

 

Alors, attribuer une névrose à telle ou telle personne est devenu dans certains milieux un jeu de société.

 

"Depuis qu'elle travaille chez X sa névrose ne s'est pas arrangée..."

"Mes proches me disent que je suis névrosée et que je devrais faire quelque chose..."

 

On imagine une "maladie" bien constituée comme la varicelle ou les oreillons, avec des symptômes précis.

Dans ce cas on va chez le psychiatre ou le psychothérapeute, qui vous appliquent un traitement approprié et vous êtes guéri !

 

Sauf qu'il n'existe pas UNE névrose mais DES névroses.

Pour la psychanalyse il s'agit d'un conflit psychique trouvant ses racines dans l'enfance.

 

Bon alors au choix :

Névroses d'angoisse, phobique, hystérique, obsessionnelle...

 

Pour faire simple : Troubles affectifs et émotionnels qui n'affectent pas les facultés intellectuelles.

 

Alors qui n'est pas concerné ?

 

Houla je sens que je vais mes faire des ennemis !

M'en fiche je me retranche derrière ce proverbe : " Homme sans ennemis, homme sans valeur".

 

signature5-copie-4.gif

 

La suite ici

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by Lmvie - dans Psychothérapie
commenter cet article
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 13:00

giz8cr8q.gif " L'homme dissipe son angoisse en inventant ou en adaptant des malheurs imaginaires ". Raymond Queneau 

 

 Précédent :

 

Exemple: 

 

L'enfant ressent le besoin de se faire câliner par sa mère.

Il se dirige vers elle et grimpe sur ses genoux.

"Arrête d'être toujours collé à ta mère" dit le père de sa grosse voix.

Effrayé par l'ordre l'enfant part dans sa chambre et va attendre que sa mère vienne.

Mais rien ne se passe.

Il va revenir en se disant : " Je suis grand je n'ai pas beosin de câlins".

 

Et tout au long de sa vie il va tenter d'assouvir cet "inachevé":


Soit il passe brièvement d'un être à l'autre sans jamais combler son vide, soit il reproduit indéfiniment la réponse de "sauvegarde" utilisée à l'époque : "Je suis grand je n'ai pas besoin de câlins".

 

Le choc émotionnel avec cette tâche inachevée demeure longtemps en mémoire.

Cela peut-être momentanément "soulagé" par une activité ou un comportement de remplacement.

 

Ainsi le caractère se détermine : timide, coléreux, sensible etc.

 

Le travail de deuil est capital, car on peut "être mort" avec un père décédé ou une mère si ce ne fut pas "achevé".


Toute tentative d'être heureux ou heureuse peut se solder par un échec ou pas...

 

Suite ici

 


 

signature7-copie-1.gif

 



 

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by Lmvie - dans Psychothérapie
commenter cet article
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 16:38

6fa3fwrk-copie-1.gif  " C'est l'angoisse du temps qui passe qui nous fait tant parler du temps qu'il fait " Jean Pierre Jenet.

Précédent.

 

Quelques phénomènes physiologiques de l'angoisse.

 

La personne qui craint l'excitation sexuelle intense bloquera sa respiration mais aussi les mouvements de son bassin.

Celle qui désire contrôler un cri de colère présentera un constriction des muscles de la gorge associée à une respiration de faible amplitude ainsi qu'une difficulté à mouvoir le haut du thorax.

Celle qui craint le jugement des autres, leur regard, maintiendra la fixité de son propre regard.

Celle qui veut retenir ses larmes ou son dégoût ne se servira pratiquement pas de son diaphragme pour respirer mais utilisera la partie haute de sa poitrine.

 

L'angoisse semble donc être le symptôme intimement lié à la respiration.

 

J'anime trois à quatre fois fois par semaine des séances de sport en plein air depuis presque deux ans et j'ai rencontré jusqu'à ce jour, dix personnes sur dix qui ont des problèmes de respiration.

Je suis heureuse d'ailleurs de pouvoir les aider à débloquer parfois le soupir qui leur permettra de passer une journée meilleure.

 

Un sourire de l'autre dans ma vie...

 

Suite ici

 

signature7-copie-1.gif



Repost 0
Published by Lmvie - dans Psychothérapie
commenter cet article
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 09:00

5dss35au.gif " Ne prenez pas la vie au sérieux, de toute façon vous n'en sortirez pas vivant".

Bernard Le Bovier de Fontenelle.

 

 

L'angoisse est une maladie caractéristique de notre époque.

 

Quand j'ai peur je sais de quoi ou de qui j'ai peur.

L'angoisse je ne sais pas.

 

Nous sommes tous confrontés à l'angoisse :

Affronter une situation nouvelle, faire face à l'inconnu, angoisse sans nom, sans visage...

 

Que vais-je devenir si je perds mon travail ?

Je suis terrorisée à l'idée  de parler en public...

Je ne pourrai jamais lui dire cela...

Je suis angoissée je ne sais pas pourquoi...

 

Lorsque je vais demander de l'augmentation à mon patron, je vais me retrouver aux prises avec les mêmes difficultés de timidité et de culpabilité que lorsque je demandais 10€ à mon père.

 

Une partie de moi dit : "Ne prends pas de risques, tu vas encore te casser la figure, laisse les choses comme elles sont"...etc etc.

L'autre partie de moi dit : "Pas du tout, rends toi compte de ce que tu pourrais faire avec argent, prends le risque"..


Le plus souvent la prudence l'emporte et le niveau d'excitation qui mobilisait la personne vers l'action est abaissé et le statut quo s'instaure avec :

 

Des phénomènes physiologiques : boule dans la gorge, gorge serrée...et pour cause ...

 

Etymologie du mot angoisse : angustia :passage resserré.

Ainsi cela entraîne une contriction des voies respiratoires.


Dans tout ceci rien de pathologique.

 

Par contre lorsque la contriction (souffle coupé) est causée par un conflit entre la maîtrise de soi et l'excitation intense, elle peut constituer un symptôme névrotique.

 

Et vous, avez-vous des angoisses ?

 

signature5-copie-4.gif

 

 

 

 

Repost 0
Published by Lmvie - dans Psychothérapie
commenter cet article

Une Part De Moi

  • : Motspourmaux
  • Motspourmaux
  • : L'histoire d'un parcours de vie changé par des douleurs morales et physiques dues à la chirurgie esthétique. Alors depuis : "La vie ne se compte pas en respirations mais en moments qui t'ont coupé le souffle"
  • Contact

Profil

  • Lmvie
  • Fonctionne avec mon coeur et mon ressenti.
Savourer un livre, déguster un met, un vin, un moment avec un (e) ami (e). 
Vous autres m'intéressez particulièrement sans oublier Paris, les voyages et la psychanalyse
  • Fonctionne avec mon coeur et mon ressenti. Savourer un livre, déguster un met, un vin, un moment avec un (e) ami (e). Vous autres m'intéressez particulièrement sans oublier Paris, les voyages et la psychanalyse

Ceci est une histoire

 

 


Attention ce ne sont pas des articles indépendants les uns des autres, quand vous ouvrirez mon blog vous serez sur le début de mon histoire c'est pourquoi ma présentation commence ainsi et non par ma dernière parution.
En conséquence de quoi, mes articles les plus récents ne sont apparents qu'en dernière page. Dans un module à droite vous trouverez les derniers épisodes et pour revenir il vous suffit de cliquer sur ma bannière. 

Bonne lecture et merci à vous tous qui papillonnez en ce site. 

Ma musique

free music

Je protège