Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mars 2009 4 26 /03 /mars /2009 16:28
Sur le blog de Quichottine j'ai aimé qu'elle livre ces mots en vrac pour en faire ce que nous voulions.

Si le coeur vous en dit je publierai :

Pérenne
Clic
Clair de terre
Transformer
Vision
Désirer
Capteur
Compatible
Génome
Ailleurs

Pérenne était servante chez...
Ah non je confonds !
Mais puis-je effacer mon erreur d'un simple clic ?
J'aurais dû y voir plus "clair" et me "taire" (ça fait clair de terre ça non ?)
Puis-je transformer ma vision si aisément ?
Suffit-il de le désirer ?
Mon capteur personnel est-il compatible avec celui des autres ou d'un ailleurs ?
Je ne puis modifier complètement mon génome non plus !





Merci pour ta réponse Quichottine

Au clair de la Terre mon ami Pierrot... Non, là je confonds aussi !
Transformer Pérenne en Perrine c'était une certaine vision des choses. Un capteur, c'est fait pour captiver, et peu importe si l'on est compatible quand il n'est pas question de travailler sur le génome. Mais dans cet "ailleurs" virtuel où je voyage de clic en clic, j'étais contente de trouver ce que j'avais désiré.

Violette

Pérenne, pourquoi m’a-t-on affublé d’un tel prénom ?  Pourquoi pas Mathusalem ou Infinity ? Je voudrais le changer d’un simple clic… Hélas, impossible de transformer l’état civil !

          Mon amie indienne « Clair de terre » tente de me réconforter en me  donnant une autre vision des patronymes. Chez elle, tous portent avec joie et fierté leurs appellations, comme son frère « Capteur de lumière ». Pour rien au monde il ne pourrait en désirer un autre. Chaque dénomination est compatible avec leur personnalité tout comme leur couleur de peau, génome araucanien venu d’ailleurs….


 

Oxygène

 

Si tu perds amour, c'est grave, mais si tu perds haine, c'est mieux. Ainsi ai-je rencontré un jour un homme au doux nom de Perenne. D'un petit clic il m'a emportée sur un croissant de lune pour y admirer le clair de terre et là, m'a offert de transformer le monde. Sa vision la plus pure était de désirer la paix, il était capteur de rêves, filtrant le négatif pour ne garder que l'optimisme. Avec lui devenaient compatibles le rêve et la réalité. Inventoriant le génome, il savait comment séparer le bon grain de l'ivraie. Il n'était qu'amour, il était mien, lui et moi ici, là-bas, ailleurs et pour toujours...

Laura

Clair de terre sur lune rayonnante

Avec des capteurs de lumière.

En un clic d’ailleurs magique,

Se  retrouver  enfin compatible

Avec les génomes du poète

Qui aurait une vision pérenne.

Désirer le beau et l’impossible.

Transformer le possible en sublime.

 

Nettoue

 

Reste en paix Reine !

Oublie ta vision de lune transformée en clair de terre !

Ecoute plutôt le clic harmonieux du capteur venu d'ailleurs!

Il ne faut désirer que ce qui est compatible...

Signé : ton Génome.


Fanfan

 

Pour faire une oeuvre pérenne

Il ne suffit pas d'un clic sur l'ordi.

Q'au clair de terre l'envie me prenne

Et je vais transformer mon écrit

En vision surnaturelle !

Que puis-je désirer de plus ?

J'ouvre mes capteurs naturels

Compatibles avec les ondes de Vénus

Mon génome vient de là haut ,d'ailleurs.

Voilà pourquoi je m'en retourne ailleurs.

 

Abeille50

 

Assis à l'ombre d'un vieux chêne,
Sol clair de terre bordé de frênes,
Une vision m'est apparue, venue d'ailleurs,
Une demoiselle chic a fait vibrer mes capteurs...



Compatible avec mon génome, elle s'est transformée
En image pérenne d'une Déesse désirée,
Lorsqu'une abeille est venue se poser
Sur le bout de mon nez...

(04/2009) © Régis Batrel




Satine

La complainte du ver de terre

Un ver de terre en avait assez de sa triste condition de vie. Enfermé sous terre, dans la nuit la plus sombre, il ne profitait d'aucun spectacle ni d'aucune distraction et si par malheur sa curiosité le menait à l'extérieur, il ne voyait rien, de par sa cécité, mais en plus il finissait en déjeuner.
"Pourquoi m'a-t-on jeté ce sort ? disait-il. Ma vie n'a aucun but, je suis inutile et nul ne se soucie de moi. Pourquoi devrais-je continuer à vivre ? Rien n'est plaisant ici bas, je préfère encore mourir. Peut-être alors que je me réincarnerais en un être sublime et subtil et qu'on fera alors attention à moi..."
Il rêvait alors, à chaque instant, à quelque chose de plus chic, vivre d'autres expériences, voyager ailleurs pour pouvoir enfin voir le monde et toutes ses richesses, transformer ses capteurs sensoriels en un esprit, une raison plus développés pour pouvoir communiquer, échanger avec d'autres espèces. Simplement exister...
Mais il avait beau désirer tout cela, il ne pouvait omettre le problème pérenne de son génome bien trop pauvre qui n'était pas compatible avec ses souhaits d'évolution.
C'est alors que la fée de terre prêta attention à ses prières et répondit à sa supplique en ces termes :
"Puisque tu rêves de voyager et que tu as la tête dans les étoiles, je te propose de partir sur la lune. Ainsi tu seras le premier être vivant à y évoluer, tu pourras créer ta propre colonie, en être le chef responsable, aimé et adulé. Mais surtout, je te donne le sens que tu désires le plus, la vue. Tu découvriras alors le monde que tu chéris sans le connaître et à chaque instant tu pourras profiter d'une vision magnifique : le plus beau des clairs de terre..." 

 

 

Vance

 

 

Earth watchers

 


Sa tâche enfin terminée, l’homme leva les yeux.

Et soupira.

 

La vision pourtant si familière de ce globe irisé suspendu dans un ciel d’encre raviva en lui de douloureux souvenirs. Ris et pleurs se succédaient en un nébuleux écho alors qu’il se reposait un bref instant. Il était seul désormais, et il ne comptait plus le nombre de fois qu’il était sorti de son sommeil pour s’acquitter d’une corvée léguée par ses prédécesseurs déjà partis ailleurs, sous des cieux plus cléments et lumineux, à contempler d’autres mondes plus vivants et verdoyants. Son oreille fatiguée perçut le discret tintement du capteur de mésons qu’il avait omis de recalibrer. Une grimace se fit jour sur son visage parcheminé. Allons, encore un effort. Ce n’était pas de sa faute si son génome n’était pas compatible avec un voyage sidéral : les siens avaient pu quitter le système depuis des lustres, échappant aux relents méphitiques des vaines tentatives humaines pour tenter de maintenir leur planète natale à flot, la rendre à nouveau habitable. Il avait longtemps désiré un signal signifiant le retour des premiers migrants, un signal qui transformerait son existence morose et terne, dans un environnement encore plus morose et terne. Les bâtiments désaffectés ne servaient plus que de dernier refuge au dernier représentant de l’espèce humaine dans cette partie de l’Univers. Les étendues grises et froides de la Lune étaient son seul horizon désormais, hormis les jolies volutes éthérées de la tour de contrôle spatial au pied de laquelle il avait son camp de base. Le chic ultime : une chambre dans un cratère, environné d’appareils de mesure destinés à jauger du taux de radiations nocives dégagées par ce monde autrefois nommé Planète bleue et à présent totalement inhabitable. Un emploi pérenne, sans employeur exigeant ni collègues envahissants.

Sous l’éternel clair de Terre, l’homme reprit le cours de sa vie monotone et sans espoir, étouffant sa solitude sous un ciel constellé d’étoiles où, là-bas, très loin au-delà des frontières cosmiques, l’Humanité avait, peut-être, repris ses droits.

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

laura 07/04/2009 08:37

Eh oui, il n'y a pas que le blog dans la vie... non?

Lmvie 07/04/2009 17:05


Bien sûr que non mais les coms peuvent être ouverts tous les jours...


laura 06/04/2009 14:40

J'avais fermé les coms pour  le we...

Lmvie 06/04/2009 18:51


Ah ba alors !


Vance 04/04/2009 20:11

Salut. C'est grâce à Satine que j'ai abouti ici, via Abeilles50. Je les en remercie.Voici ma modeste proposition.








Earth Watcher
 
Sa tâche enfin terminée, l’homme leva les yeux.
Et soupira.
La vision pourtant si familière de ce globe irisé suspendu dans un ciel d’encre raviva en lui de douloureux souvenirs. Ris et pleurs se succédaient en un nébuleux écho alors qu’il se reposait un bref instant. Il était seul désormais, et il ne comptait plus le nombre de fois qu’il était sorti de son sommeil pour s’acquitter d’une corvée léguée par ses prédécesseurs déjà partis ailleurs, sous des cieux plus cléments et lumineux, à contempler d’autres mondes plus vivants et verdoyants. Son oreille fatiguée perçut le discret tintement du capteur de mésons qu’il avait omis de recalibrer. Une grimace se fit jour sur son visage parcheminé. Allons, encore un effort. Ce n’était pas de sa faute si son génome n’était pas compatible avec un voyage sidéral : les siens avaient pu quitter le système depuis des lustres, échappant aux relents méphitiques des vaines tentatives humaines pour tenter de maintenir leur planète natale à flot, la rendre à nouveau habitable. Il avait longtemps désiré un signal signifiant le retour des premiers migrants, un signal qui transformerait son existence morose et terne, dans un environnement encore plus morose et terne. Les bâtiments désaffectés ne servaient plus que de dernier refuge au dernier représentant de l’espèce humaine dans cette partie de l’Univers. Les étendues grises et froides de la Lune étaient son seul horizon désormais, hormis les jolies volutes éthérées de la tour de contrôle spatial au pied de laquelle il avait son camp de base. Le chic ultime : une chambre dans un cratère, environné d’appareils de mesure destinés à jauger du taux de radiations nocives dégagées par ce monde autrefois nommé Planète bleue et à présent totalement inhabitable. Un emploi pérenne, sans employeur exigeant ni collègues envahissants.
Sous l’éternel clair de Terre, l’homme reprit le cours de sa vie monotone et sans espoir, étouffant sa solitude sous un ciel constellé d’étoiles où, là-bas, très loin au-delà des frontières cosmiques, l’Humanité avait, peut-être, repris ses droits.

 

 
Ce texte me fut inspiré par les visions de Arthur C. Clarke, Stanley Kubrick et Ray Bradbury. Merci à ces grands artistes de la SF.

Lmvie 04/04/2009 22:28


Merci pour ta participation je la publie

Juste un détail ce n'était  pas "chic" le mot mais "clic"


laura 04/04/2009 19:24

A bientôt j'espère...Bonne soirée

Lmvie 04/04/2009 22:11


Bonne soirée à vous aussi

je ne  comprends pas je n'arrive plus à laisser de coms chez vous, et partout où j'en ai laissé il n'y a plus rien ????,


Satine 03/04/2009 18:43

Oui je sais je suis en retard, mais je viens de voir ton jeu sur le blog de Abeilles50 et je souhaite apporter ma modeste contribution malgré tout... Je ferai mieux la prochaine fois, tout au moins, j'essaierai de me tenir au courant...La complainte du ver de terreUn ver de terre en avait assez de sa triste condition de vie. Enfermé sous terre, dans la nuit la plus sombre, il ne profitait d'aucun spectacle ni d'aucune distraction et si par malheur sa curiosité le menait à l'extérieur, il ne voyait rien, de par sa cécité, mais en plus il finissait en déjeuner. "Pourquoi m'a-t-on jeté ce sort ? disait-il. Ma vie n'a aucun but, je suis inutile et nul ne se soucie de moi. Pourquoi devrais-je continuer à vivre ? Rien n'est plaisant ici bas, je préfère encore mourir. Peut-être alors que je me réincarnerais en un être sublime et subtil et qu'on fera alors attention à moi..."Il rêvait alors, à chaque instant, à quelque chose de plus chic, vivre d'autres expériences, voyager ailleurs pour pouvoir enfin voir le monde et toutes ses richesses, transformer ses capteurs sensoriels en un esprit, une raison plus développés pour pouvoir communiquer, échanger avec d'autres espèces. Simplement exister...Mais il avait beau désirer tout cela, il ne pouvait omettre le problème pérenne de son génome bien trop pauvre qui n'était pas compatible avec ses souhaits d'évolution.C'est alors que la fée de terre prêta attention à ses prières et répondit à sa supplique en ces termes :"Puisque tu rêves de voyager et que tu as la tête dans les étoiles, je te propose de partir sur la lune. Ainsi tu seras le premier être vivant à y évoluer, tu pourras créer ta propre colonie, en être le chef responsable, aimé et adulé. Mais surtout, je te donne le sens que tu désires le plus, la vue. Tu découvriras alors le monde que tu chéris sans le connaître et à chaque instant tu pourras profiter d'une vision magnifique : le plus beau des clairs de terre..."

Lmvie 03/04/2009 23:01


Bienvenue !
Je publie, juste une erreur un mot erroné ce n'était pas CHIC mais CLIC mais l'important étant de participer un grand merci à toi


Une Part De Moi

  • : Motspourmaux
  • Motspourmaux
  • : L'histoire d'un parcours de vie changé par des douleurs morales et physiques dues à la chirurgie esthétique. Alors depuis : "La vie ne se compte pas en respirations mais en moments qui t'ont coupé le souffle"
  • Contact

Profil

  • Lmvie
  • Fonctionne avec mon coeur et mon ressenti.
Savourer un livre, déguster un met, un vin, un moment avec un (e) ami (e). 
Vous autres m'intéressez particulièrement sans oublier Paris, les voyages et la psychanalyse
  • Fonctionne avec mon coeur et mon ressenti. Savourer un livre, déguster un met, un vin, un moment avec un (e) ami (e). Vous autres m'intéressez particulièrement sans oublier Paris, les voyages et la psychanalyse

Ceci est une histoire

 

 


Attention ce ne sont pas des articles indépendants les uns des autres, quand vous ouvrirez mon blog vous serez sur le début de mon histoire c'est pourquoi ma présentation commence ainsi et non par ma dernière parution.
En conséquence de quoi, mes articles les plus récents ne sont apparents qu'en dernière page. Dans un module à droite vous trouverez les derniers épisodes et pour revenir il vous suffit de cliquer sur ma bannière. 

Bonne lecture et merci à vous tous qui papillonnez en ce site. 

Ma musique

free music

Je protège